Accueil du site > Social > Visite de soutien d’Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, au (...)

Visite de soutien d’Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, au service des urgences de l’Hôtel-Dieu

communique UNION SYNDICALE CGT de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et ASSOCIATION « UN HOPITAL POUR TOUS »

jeudi 16 mai 2013, par jallamion

En réaction à l’annonce de la Direction Générale de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) de fermer le service des urgences de l’Hôtel-Dieu le 4 novembre prochain, Anne Hidalgo (accompagnée de Christophe Girard et Rémi Féraud, Maires des 4° et 10° arrondissements, et Marinette Bache, Conseillère de Paris) a rendu visite ce jour aux personnels des urgences.

Elle a pu prendre la mesure de l’investissement public déjà réalisé dans cet hôpital , avec des locaux largement rénovés ces 5 dernières années . L’Hôtel-Dieu de Paris accueille aujourd’hui chaque année en toute sécurité 120.000 urgences et est le seul hôpital des neuf premiers arrondissements de Paris.

La décision de fermer les urgences est inacceptable sur la forme et sur le fond :

-  Sur la forme, sa brutalité est une provocation pour les personnels, les Parisiens et leurs élus.

-  Sur le fond, l’Hôtel-Dieu est un hôpital indispensable au cœur de Paris et la transformation proposée par l’AP-HP en « hôpital universitaire de santé publique » ou « hôpital debout » ne correspond pas aux besoins sanitaires de la population.

Anne Hidalgo va demander à tous les groupes politiques du Conseil de Paris de bloquer le processus actuel de transformation de l’Hôtel-Dieu et ne modifiera pas en l’état le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Elle a réaffirmé ce qu’elle écrit dans son livre « Mon combat pour Paris », à savoir un attachement à tous les services d’urgence de la Capitale, dont celui de l’hôpital Hôtel-Dieu. Les autres services d’urgence et hôpitaux de Paris sont déjà saturés et seraient de toutes façons en incapacité d’absorber le flux de patients en cas de fermeture.

Devant l’urgence de la situation, un moratoire de tous les transferts de services hospitaliers est demandé. L’heure n’est pas à imposer des dates de fermeture des urgences mais à la construction d’une alternative permettant d’assurer une offre de soins publique de qualité et sécurité au cœur de Paris (service d’urgences, lits d’hospitalisation, plateau technique, ophtalmologie).

Les personnels et le syndicat CGT ont attiré l’attention sur la souffrance du personnel hospitalier et dénoncent une stratégie de pourrissement imposée par la Direction Générale de l’AP-HP.

Seul un véto politique immédiat fera reculer cette Administration de l’AP-HP sourde et aveugle.

Pour Anne Hidalgo, l’Hôtel-Dieu est un hôpital vital à Paris, non seulement pour les Parisiens et Franciliens mais aussi pour tous les visiteurs de la Capitale (13 millions de touristes visitent chaque année la cathédrale Notre-Dame voisine immédiate de l’hôpital).

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez sur le document joint

Documents joints

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0