Accueil du site > Sites amis > Parti Communiste Français > Amnistie sociale : Respecter le vote du Sénat !

Amnistie sociale : Respecter le vote du Sénat !

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

dimanche 28 avril 2013, par jallamion

La décision du gouvernement de ne pas voter la proposition de loi d’amnistie sociale est incompréhensible. Elle s’apparente à un désaveu cinglant du Sénat et de sa majorité de gauche. Elle est une volte face par rapport aux positions exprimées par Madame Taubira, Ministre de la Justice lors des débats sur le texte au Sénat. Surtout, cette proposition de loi constitue un acte de justice à l’égard de l’ensemble des salariés et des syndicalistes qui luttent pour le maintien de leur emploi à l’heure où le chômage atteint un record dramatiquement historique. Le rejet de ce texte, quelques jours seulement après l’adoption de l’ANI qui instaure une amnistie patronale en limitant les délais de recours contre les licenciements abusifs est un nouveau coup dur contre le monde du travail. Comble du calendrier, la discussion dans l’hémicycle de l’Assemblée des propositions de loi du Front de gauche sur l’amnistie sociale et sur les licenciements boursiers interviendra le 16 mai, quelques jours après le vote définitif de l’ANI.

Dès aujourd’hui, j’appelle à ne pas laisser faire ce mauvais coup. La parole doit revenir aux députés de gauche qui peuvent, comme leurs collègues du Sénat, voter cette loi le 16 mai. J’appelle à la levée d’un mouvement pétitionnaire de soutien à la proposition de loi des parlementaires du Front de gauche. Cette mobilisation doit venir renforcer les cortèges, qui le 1er mai, défileront dans tout le pays pour défendre les droits des travailleurs. Le 5 mai, la marche citoyenne à l’appel du Front de gauche doit être un moment fort de la mobilisation pour l’amnistie sociale. Cette dernière doit enfin se prolonger jusqu’au 16 mai, jour du vote des propositions de loi du Front de gauche, où j’appelle au rassemblement.

Indéniablement, seule la mobilisation citoyenne et populaire peut contraindre le gouvernement à faire machine arrière et à respecter le vote du Sénat .

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0