Accueil du site > Brèves > Vénézuela : La gauche affiche son unité

Vénézuela : La gauche affiche son unité

source : Humanité

lundi 25 mars 2013, par République et Socialisme

Le Grand Pôle patriotique, qui rassemble une dizaine de partis politiques et d’organisations sociales, entre dans la campagne électorale de la présidentielle du 14 avril.

À la place de l’orchestre symphonique municipal de Caracas, une tribune avec pour toile de fond les visages de Bolivar et d’Hugo Chavez. Dans la salle bondée, les drapeaux des partis ont recouvert les balcons. Les slogans et les applaudissements cadencent les discours. Le Grand Pôle patriotique (GPP), qui regroupe toutes les formations politiques de gauche et près de 35 000 mouvements sociaux soutenant le processus bolivarien, a affiché complet, mercredi, pour lancer la campagne de la présidentielle du 14 avril. «  Depuis la création du Parti communiste, il y a quatre-vingt-deux ans, jusqu’aux organisations plus récentes, différentes formes de luttes pour la patrie ont vu le jour au cours du siècle dernier. Mais nous n’avions pas un projet qui nous unifiait  », a rappelé Nicolas Maduro, président intérimaire, et candidat du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). «  Aujourd’hui, nous avons le plan pour la patrie. Ce plan pour les six prochaines années est le testament historique (de Chavez – NDLR) des luttes et des projets commencés. Ces cinq objectifs sont ceux qui unissent la gauche révolutionnaire  », a-t-il fait valoir, en référence aux cinq axes  : souveraineté, indépendance, socialisme, intégration et un pays puissant.

«  L ’approfondissement de la révolution bolivarienne »

Le ton était à «  l’unité  » face à la droite rassemblée, la Table d’union démocratique (MUD), et son candidat, Henrique Capriles, à la traîne de plus de quinze points, selon deux sondages (voir encadré). Mais également à «  la défense et l’approfondissement de la révolution bolivarienne  » dans «  la diversité des forces  ». Et elles le sont, contrairement à l’idée reçue selon laquelle le bloc chaviste serait monolithique. «  La gauche a de profondes racines et le socialisme a une histoire, un passé et un présent. Lorsque le néolibéralisme a failli, Chavez a levé le drapeau du socialisme  », a rappelé Rafael Uzcategui, secrétaire général de Patrie pour tous (PPT), dont la formation a soutenu le gouvernement de Chavez sans jamais taire ses divergences. Cette figure du mouvement révolutionnaire a insisté pour que le «  présent  » embrasse «  l’autocritique, avec éthique, afin d’être productif  ». «  Nous devons être décents et honnêtes pour dépasser  » un siècle de retard, faute de quoi, a-t-il averti, «  ce processus est en danger  ».

Les responsables politiques se sont faits l’écho des revendications qu’expriment les militants et sympathisants mais également des inquiétudes quant aux problèmes structuraux qui handicapent le processus. Pour Vladimira Morena, du Parti communiste vénézuélien, «  la lutte contre le fléau de la corruption est l’un des objectifs majeurs  » ainsi que «  l’impulsion de nouveaux moyens de production pour atteindre la libération  » effective du pays, alors que l’économie vénézuélienne reste terriblement dépendante de la rente pétrolière. José Pinto, du Mouvement révolutionnaire Tupamaro, a quant à lui plaidé pour «  la construction d’un État communal pour affronter l’empire  », à l’heure où les États-Unis distillent ingérence et confusion (voir ci-dessous), en insistant sur «  le pouvoir populaire  », seul garant selon lui de «  la construction du socialisme  ».

Maduro, en tête des sondages. Deux sondages font état d’une nette victoire de Nicolas Maduro, le président intérimaire, contre son opposant de droite, Henrique Capriles. Le candidat socialiste est crédité de 53 % des intentions de vote contre 33 % pour celui de la Table d’unité démocratique, selon Hinterlaces qui a réalisé un sondage auprès de 1 100 personnes entre le 11 et 16 avril. L’autre enquête 
de la compagnie mondiale de services financiers, Barclays, rapporte que Maduro l’emporterait avec 49,2 % des intentions de vote contre 34,8 % pour Capriles. Cette même enquête relève que 65 % des personnes consultées représentatives des listes électorales estiment que Maduro va gagner, 15 % se prononcent pour Capriles.

P.-S.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0