Accueil du site > Déclaration de Principes > Déclaration de Principes

Déclaration de Principes

République et Socialisme rassemble des hommes et des femmes à la fois attachés aux valeurs de la Révolution française enrichies par celles de la Commune et du Conseil National de la Résistance et soucieux de leur donner un contenu concret au travers d’un projet qui se réclame du socialisme tel que défendu par Jaurès, c’est-à-dire un socialisme s’appuyant sur l’Etat comme levier nécessaire mais considérant que sa finalité doit être la libération du peuple et non son asservissement.   Pour nous, à l’image de ce qui se fait en Amérique latine et notamment au Vénézuela, la révolution passe par les urnes et doit s’appuyer en permanence sur le peuple.   C’est parce que nous sommes à la fois attachés aux valeurs républicaines et soucieux de leur donner une déclinaison concrète dans tous les domaines que nous nous considérons à la fois comme républicains et socialistes.   Nous sommes aussi fiers du drapeau tricolore derrière lequel combattaient les « sans-culottes » à Valmy que du drapeau rouge de la Commune de Paris au nom duquel tant d’hommes et de femmes sont tombés pour l’idéal républicain et socialiste.   Se dire républicain et socialiste peut paraître iconoclaste aujourd’hui alors que la République est attaquée de toutes parts et que le socialisme semble à bout de souffle, trahi à la fois par les sociaux-libéraux qui se limitent à donner au libéralisme un habit plus présentable et par ceux qui, au nom du socialisme, ont instauré des régimes dictatoriaux où la liberté et le droit de s’exprimer n’avaient pas leur place.   Pourtant, comme une majorité de nos compatriotes, nous sommes à la fois attachés aux valeurs formelles de la Révolution française et soucieux d’égalité et de justice sociale.   Comme eux, nous pensons que les services publics doivent être défendus comme facteurs d’égalité face à ceux qui n’y voient que des potentialités de rentabilité et défendent le principe qu’ils voudraient universel de la « concurrence libre et non faussée ».   Comme eux, nous soutenons l’école laïque et gratuite, l’accessibilité de tous au savoir et à la connaissance, l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, l’accession de chacune et de chacun à un emploi bien rémunéré et à un logement décent.   Comme eux, nous sommes favorables au retour de l’accès aux soins pour tous et nous souhaitons une véritable politique en faveur des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.   Comme eux, nous voulons que la Poste comme la SNCF restent des entreprises publiques, modernes et accessibles à tous et que celles qui ont été livrées à la rapacité des actionnaires privés (comme EDF, France Télécom ou GDF) reviennent dans le giron de l’Etat.   Comme eux, nous voulons que chacun contribue à l’impôt selon ses moyens et nous demandons l’abrogation du bouclier fiscal, la suppression des stocks-options, du bonus et des retraites dorées accordés aux chefs d’entreprise et à quelques cadres triés sur le volet.   Comme eux, nous voulons préserver la planète et souhaitons que les consommations d’énergie soient maîtrisées tant dans l’habitat que dans les déplacements, que se développent les énergies renouvelables sans pour autant renoncer à l’énergie nucléaire qui assure en partie notre indépendance.   Comme eux, nous nous opposons à la construction européenne actuelle et sommes favorables à la construction d’une Europe des peuples, respectueuse des nations qui la composent, s’appuyant sur le suffrage universel au lieu de le nier. Nous sommes opposés au principe même de la libre concurrence et souhaitons la mise en place de politiques convergentes assurant à tous les salariés européens un meilleur niveau de vie, des droits du travail et sociaux améliorés et l’abandon de la concurrence imposée entre les salariés des différents pays. Comme eux, nous avons approuvé la non-participation de la France à la seconde guerre du Golfe et nous soutenons une politique internationale de la France indépendante.   Comme eux, nous sommes favorables à de nouveaux rapports avec les pays du Sud, plaçant ceux-ci sur un pied d’égalité avec les pays du Nord et permettant d’agir pour un véritable co-développement.   Comme eux, nous pensons que les étrangers présents sur notre sol doivent être respectés et que tout doit être fait pour faciliter l’intégration de ceux qui ont choisi d’y rester.   Notre ambition est d’œuvrer au rapprochement de toutes celles et ceux qui partagent globalement la même analyse que nous et défendent les mêmes valeurs afin de peser pour le succès d’une gauche républicaine et socialiste.   Les républicains socialistes sont aujourd’hui éparpillés dans les différents partis de la gauche et beaucoup plus nombreux encore sont ceux qui n’appartiennent pas ou n’appartiennent plus à un parti. Pourtant, ils se retrouvent côte à côte dans les luttes pour défendre les services publics, combattre le démantèlement du droit du travail, s’opposer aux licenciements et aux délocalisations ou défendre la laïcité que certains veulent remettre en cause...   Rassembler ces hommes et ces femmes est une nécessité si nous voulons peser sur notre avenir et réorienter la gauche sur la voie du progrès social alors qu’une partie d’entre elle s’en est éloignée, attirée par les sirènes du social-libéralisme, qui a montré son échec, tout comme le libéralisme dont il n’est que la pâle copie.   Nous entendons agir en toute indépendance à l’égard des forces politiques existantes pour favoriser le rassemblement le plus large possible des forces de gauche autour d’un projet commun, seule façon de faire barrage à la droite et de constituer une alternative efficace contre le système capitaliste.   Voilà pourquoi nous avons rejoint le « Front de Gauche pour changer d’Europe » lors de la campagne des élections européennes.   Le rassemblement de sensibilités diverses et la volonté de mettre en avant ce qui rassemble plutôt que ce qui divise nous apparaît plus que jamais comme une première étape du rassemblement plus large que nous voulons construire.   Ensemble nous pouvons agir pour faire bouger les choses. C’est un devoir si nous voulons transmettre aux générations futures l’héritage du mouvement ouvrier et socialiste.

Midi - 716 octets

Voir en ligne : République et socialisme

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0